Abonnez-vous à notre Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter pour rester informé de nos derniers articles ;)

L’accouchement: du rêve à la réalité…

L’accouchement: du rêve à la réalité…

On peut avoir un accouchement compliqué et avoir beaucoup de mal à le digérer. On peut aussi avoir un accouchement cliniquement facile mais très mal vécu et dont on a beaucoup de mal à se relever! Et puis, il y a aussi des parents qui ont un vécu formidable de la naissance de leur enfant alors même que cette naissance était compliquée!

On a beau tout faire pour se préparer au mieux à la maternité, il y aura toujours des surprises (bonnes ou mauvaises!), des imprévus, des déceptions…
Le fossé est parfois gigantesque entre ce qu’on avait imaginé et la réalité ! Il est impossible de se préparer à toutes les éventualités.

Revue des passages les plus critiques : l’accouchement et la rencontre avec bébé.

Quand l’atterrissage est plus difficile que prévu !

…On vient de passer des heures en salle de naissance, il ne se passe rien et puis soudain c’est l’urgence, tout le monde court et on ne comprend plus rien et on se retrouve au bloc opératoire pour une césarienne en urgence totalement inattendue…

…Une banale consultation de grossesse et on se retrouve hospitalisée et déclenchée alors qu’on rêvait de se mettre tranquillement en travail à la maison…

…Le rythme cardiaque fœtal qui chute pendant les efforts expulsifs, la sage-femme appelle alors l’obstétricien qui pose des spatules pour sortir au plus vite le bébé pour ne pas le laisser souffrir…

…La douleur qui est beaucoup plus forte que ce que nous avions imaginé, le travail qui n’avance pas assez vite, le stress et la fatigue qui s’accumulent… et nous voilà partis à demander une péridurale alors que nous y étions farouchement opposées…

…La péridurale qui ne s’installe pas comme elle devrait et qui ne nous soulage pas entièrement et la douleur qui n’en finit plus…

…Le placenta qui ne sort pas tout seul et que l’équipe médicale est obligée d’aller chercher manuellement…

…Les pertes de sang trop abondantes et qui font que soudain la sage-femme fait sortir le papa et le bébé, et que toute l’équipe de la salle de naissance s’active pour faire stopper au plus vite l’hémorragie…

Les scénarios sont aussi nombreux que les accouchements. Milles choses peuvent se produire pour une naissance.
La préparation à la naissance permet d’anticiper un certain nombre de situations mais on n’est jamais totalement préparée à la réalité de ce qui va se passer.

Bien sûr, on nous avait parlé de risque de césarienne, d’extraction instrumentale, d’épisiotomie, de réanimation néonatale… mais bon ça n’allait pas nous arriver, hein ? Et puis au pire, si ça nous arrivait on va surmonter tout ça “fingers in the nose” n’est-ce pas?

La naissance peut être vécue comme un moment merveilleux mais cela est aussi parfois un épisode douloureux, même un traumatisme qui peut être long et difficile à digérer.

La publicité nous vend la naissance comme le plus beau jour de notre vie mais rassurez-vous si ça n’a pas été le cas, ne culpabilisez pas, vous êtes loin d’être la seule !!!!

On peut ressentir de la colère, être déçue ou même frustrée, se sentir nulle, déprimée, en échec…
Le deuil de l’accouchement rêvé n’est pas toujours simple à faire, c’est parfois même un travail long et douloureux… pourtant ce travail est essentiel pour se lancer sereinement dans la maternité.

Si vous avez du mal à digérer ce qui s’est passé, il est TRES important d’en parler et d’en parler TOT, c’est-à-dire dès le séjour en maternité. Avec votre conjoint bien sûr mais aussi avec l’équipe médicale. Demandez à revoir la personne qui vous a accouché, à rencontrer la psychologue du service.

Il m’est arrivé bien des fois de reprendre le dossier d’une patiente (même si je ne l’avais pas accouché), de m’assoir sur son lit et de redérouler avec elle (et le conjoint s’il était là) comment s’étaient passées les choses. Cela permet de comprendre à tête reposée ce qui s’est passé et pourquoi ça s’est passé. Cela permet de faire la paix avec les évènements.

Mais qui est donc cette « chose » qui braille dans mes bras??

La rencontre avec ce petit être qui a grandi en nos entrailles n’est pas non plus toujours aussi idyllique que prévue.
Les circonstances ne sont parfois pas celles que l’on voulait dans le cas des césariennes en urgence par exemple ou des accouchements prématurés où les mamans sont séparées de leur bébé. On peut mettre du temps à se sentir mère de ce tout petit inconnu dans nos bras! On peut lui en vouloir aussi d’avoir tant eu à souffrir pour qu’il vienne au monde!

Il est possible aussi d’être surpris de voir un bébé totalement différent de ce qu’on imaginait ! On peut le trouver très beau ou au contraire très laid ! oui oui j’ai bien dit qu’on peut le trouver laid ! Et ça ne fera pas de vous une mauvaise mère !!
Enfin, on s’attend parfois à ce que son arrivée nous transforme d’un coup de baguette magique en « La Maman que nous avons toujours rêvé d’être » mais en fait, pas du tout !!

La première rencontre avec son bébé peut être ressentie d’une intensité extraordinaire comme d’une platitude incroyable. Certaines le veulent tout près d’elles, d’autres surtout pas ! Pour certaines, l’amour nait tout de suite. Pour d’autres, l’attachement est plus long. C’est un peu comme une relation amoureuse, certains croient aux coups de foudre et vous raconteront combien ils sont littéralement tombés en amour au premier regard. Pour d’autres couples, la séduction est longue et les sentiments naissent plus tard. Les mamans regardent leur bébé chacune avec un regard différent. Ce regard peut être plein de joie et de fierté mais aussi plein de doutes de peurs ou encore d’étonnements face à un bébé qui peut être perçu comme un petit étranger…
Non et non, je le dis, le redis et le redirai encore. L’instinct maternel inné n’existe pas (ou peu). Il se construit jours après jours au contact de votre enfant.

Quant au Papa? Lui aussi n’est pas en reste, et il peut aussi avoir du mal à construire une relation avec son bébé. Laissez-lui du temps à lui aussi.

Comment s’adapter à la réalité?

On se prépare à tout ce qui peut se passer mais pas forcément à ce que l’on va ressentir, comment nous allons réagir. Et nos réactions peuvent nous surprendre!

Nous venons d’évoquer la naissance et les premiers jours de cohabitation avec bébé. Mais ce fossé entre l’idéal et la vraie vie peut concerner bien d’autres aspects de la maternité que nous traiterons dans d’autres articles (l’allaitement, le retour à la maison, la nouvelle vie de famille…)

Comment accepter cette différence entre ce que nous avons fantasmé pendant la grossesse (de façon parfois totalement inconsciente d’ailleurs!) et la réalité?

C’est presque un processus de deuil en fait!!

On peut se sentir coupable, en colère, et remettre en question les événements et nos réactions. On peut ressentir une grande détresse avant d’arriver enfin à avaler et digérer les événements. Il est vrai que parfois c’est très indigeste et l’acceptation peut prendre du temps!

Accueillez ces émotions sans les juger et ne tentez pas de mettre un mouchoir par dessus. Nommer les émotions qui nous traversent permet de mieux les accepter et d’en réduire l’intensité.

N’oubliez pas que la fatigue n’aide pas à prendre du recul, et que vous êtes dans une période de grande vulnérabilité!! Restez bienveillantes envers vous-même!!

Comme nous l’avons évoqué plus haut, surtout il ne faut pas hésiter à parler de ce que vous ressentez. Il est important de vider son sac avant que celui-ci ne soit trop plein et déborde.
Parlez-en à votre conjoint mais aussi à l’équipe soignante lors de votre séjour en suite de couche (sage-femme, gynécologue, psychologue, puéricultrices ou auxiliaires…).
Après votre sortie, vous pouvez toujours contacter un psychologue ou demander conseil à votre sage-femme libérale, à la PMI ou encore à votre pédiatre.
Vous pouvez aussi contacter l’hôpital pour revoir votre dossier à tête reposée avec un professionnel.

 

La différence entre le rêve et la réalité est parfois brutale et amère.
Oui c’est vrai, souvent on aurait préféré que ça se passe autrement et oui c’est vrai, que c’est parfois vraiment difficile.
Cela
 fait du bien aussi de se le dire, de l’admettre. Cela aide à faire la paix avec les événements.
Parfois trouver cette paix prend du temps.

Soyez patientes et bienveillantes avec vous-même!
Un pas après l’autre et vous gravirez des sommets!

Written by

Gabrielle Vichot

Sage-femme depuis 2009, j'ai travaillé 9 ans à l'hopital avant de m'installer en libéral au printemps 2018. Je suis aussi mère de 3 enfants. Devenir maman m’a donné un élan extraordinaire. Mais cela a aussi été pour moi un vrai chamboulement émotionnel auquel je ne m'attendais pas du tout! Je peux même dire que chacun de mes enfants a fait naître une nouvelle version de moi-même! À partir de ce moment là j'ai exercé mon métier différemment, et me suis particulièrement intéressée à la période post natale. Mon bonheur est de voir des mamans confiantes, sereines et heureuses. Pour cela, je me suis donné pour mission de les accompagner dans les bouleversements de la grossesse et du post-partum. J’ai pour objectifs de les aider à surmonter les difficultés, à trouver leurs propres ressources, à prendre de l’assurance dans leur nouveau rôle de mère et à (re)mettre plus de sérénité et de légèreté dans leur quotidien.

Laissez un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

c8a739d5a818601f9f331eb82b74a358nnnnnnnnnnnnnn