Abonnez-vous à notre Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter pour rester informé de nos derniers articles ;)

Ce monstre qui sommeille en moi…

Ce monstre qui sommeille en moi…

Depuis des jours voir des semaines la fatigue s’accumule, sourde, silencieuse…Tout mon être se tend, ma patience part en fumée, je suis à fleur de peau, je démarre au quart de tour… C’est très instable, inconfortable… je garde la face devant les enfants, je reste relativement calme et je suis encore bienveillante… mais je me sens bouillir… je crois qu’on pourrait voir de la fumée sortir de ma tête… le volet qui se coince est un connard, je hurle intérieurement un put**** retentissant quand je shoote dans un jouet qui traîne… toutes les conditions sont réunies pour que je pète un cable!!

La première fois ça pète un soir… un soir banal… mon petit troisième hurle dans mes bras, incalmable… il est tard, je suis crevée, j‘ai juste un besoin vital de dormir… mon petit bonhomme a peut-être une ou deux semaines, il a besoin de mon sein, encore! Sauf que moi j’en ai marre, j’ai archi mal au sein à force qu’il mâchouille mes tétons sans arrêt… J’ai envie de partir sur une île déserte, qu’on me fiche une paix royale! Après tout ce que je me suis donnée pour chacun de mes enfants aujourd’hui, mon sommeil est une juste récompense plus qu’amplement méritée, ma pause m’est dûe! Petit bébé, juste, tais-toi et dors!!

Je sens une violence et une agressivité monter en moi que je ne me connaissais pas (à vrai dire je crois me souvenir que ça m’est arrivé pour mes ainés mais j’ai soigneusement occulté ça de ma mémoire…).
Tout mon être hurle en silence un violent et retentissant STOP impossible à obtenir mais qui m’est du!!!! Je n’en peux plus!
Cette violence psychique est très déroutante pour moi, je ne me reconnais pas. J’ai honte de ressentir ces émotions si fortes.

Pendant mes études j’ai entendu une puéricultrice dire aux mamans quelque chose que je dis toujours à mes patientes en suites de couche… c’est normal que l’idée de le balancer par la fenêtre vous traverse l’esprit, ce qui n’est pas normal c’est de le faire! posez votre bébé et/ou passez le relai le temps de laisser la tempête se calmer en vous…

Ce soir-là, je pose mon bébé dans son lit et je m’assois dans la salle de bain pour pleurer…Mon mari le prend et descend deux étages plus bas le bercer pour tenter de l’endormir loin de mes oreilles… et je mesure ma chance d’habiter une maison, d’avoir ma chambre au deuxième étage et d’avoir un mari compréhensif et soutenant!

Je n’aime pas cette violence en moi. J’ai peur en fait de disjoncter et que cette violence qui habite mon intérieur s’extériorise. J’ai peur d’exploser. De ne plus être maître de moi-même…
Je ne veux pas être une mère qui hurle, brutalise et tyrannise ses enfants.
J’ai honte… honte de laisser mon bébé hurler dans les bras de mon mari alors que je sais que potentiellement au sein il se calmerait, honte de ressentir des émotions pareilles, honte d’être comme ça devant mon mari, d’offrir cette image catastrophique de moi… Je n’en peux plus, je suis totalement épuisée, j’en ai assez, je rêve de partir sur une île déserte… J’ai peur de devenir cette affreuse “mauvaise mère”, tellement incapable de s’occuper de ses enfants qu’on va les lui retirer…

Ce soir-là, petit bébé s’endormira au sein, j’arriverai à dormir une heure et demie avant la tétée suivante… bizarrement une heure et demie plus tard, le monstre s’est rendormi, j’ai retrouvé mon calme et ma tendresse envers ce tout petit bonhomme…. j’avais visiblement surtout besoin de dormir…

Cette violence qui sommeille en nous est normale. Elle est déroutante et effrayante mais tant qu’elle reste dans notre tête, elle est normale!! Et pourtant cette part sauvage de nous est si difficile à assumer!!

Peu après ces premières mésaventures, mon conjoint est parti pour son travail pendant deux mois alors que mon dernier avait juste 6 semaines. Autant dire que certains jours où rien ne roulait ni avec le bébé ni avec les aînés, j’avais juste envie de péter un boulon. En plus, sur cette période seule avec les enfants, j’ai eu la chance de me farcir les 4 week-end prolongés de mai seule avec mes trois zouaves sans crèche ou école… Un soir de l’un de ces fameux week end, j’ai fini par hurler que j’en avais ras-le-bol! J’avais envie de laisser les trois hurlant et de partir en claquant la porte. J’ai bien senti que j’aurais pu être violente physiquement. J’ai vu la faille où s’engouffrent les parents maltraitants… c’est si facile de déraper du mauvais côté! 
La tempête s’est calmée quand tout mon petit monde s’est enfin endormi. Mes hurlements n’avaient pas du tout aidé à calmer le jeu puisque mon grand avait alors fondu en larmes et a eu besoin de s’endormir la tête sur mes genoux… je me suis apaisée de le voir s’endormir et lui a du s’endormir de me voir apaisée… bizarrement, ils sont à nouveau si mignons quand ils dorment…!!

Ce soir-là, j’ai eu beaucoup de mal à m’endormir malgré mon immense fatigue. J’ai remis mon comportement en questions. Je me sentais désespérément coupable de sentir une telle violence au fond de moi, me menaçant d’exploser à tout moment… et si j’explosais pour de vrai???

Le lendemain matin, après une nuit trop courte pour moi et pour les enfants, nous sommes tous ronchons au possible. Les aînés se chipotent toutes les deux minutes. Je sens la cocotte minute de la veille se remettre à bouillir en deux secondes chrono… purée de journée de m***** qui s’annonce!!

Et puis je suis allée prendre une douche. Mon petit dernier s’est endormi dans son transat en entendant l’eau couler. Les grands ne faisaient plus de bruit. Probablement en train de faire des bêtises mais tant pis, j’avais trop besoin de cette pause pour moi toute seule! Sous le jet d’eau chaude, j’ai réfléchi à ce monstre en moi. Et voici ce que j’ai tiré de ma réflexion:

  • J’ai réalisé que je n’avais pas besoin d’avoir peur de ce monstre.

J’ai compris que je n’en suis pas à mes premiers pétages de plomb avec les enfants. Je suis toujours restée bienveillante et bientraitante même si parfois il y a eu des cris retentissants. Je peux me faire confiance. J’ai compris que je n’exploserai jamais de façon totalement incontrôlée comme je le crains tant! Je peux me libérer de cette peur de passer à l’acte. Je peux lâcher prise sur cette colère, je ne vais pas disjoncter.

  • Et si, au lieu de fuir cette violence, j’écoutais son message? Qu’est-ce que ce monstre menaçant vient me dire?? Pourquoi et quand apparaît-il? De quoi a-t-il besoin?

J’ai compris qu’il venait avec la fatigue principalement. J’ai compris qu’il venait exprimer la violence d’une situation trop difficile et trop lourde à porter. Qu’il était le signal que quelque chose devait changer. Il venait crier haut et fort son existence pour que je l’entende et prenne en compte sa présence. 
Il est l’expression de la frustration de la fatigue, du stress, de l’inquiétude, des doutes, du ras-le-bol, de la colère… joyeux cocktail de toutes les émotions négatives accumulées, qui a force d’être niées, grossissent jusqu’à exploser…. Ce monstre crie à l’aide et au secours! Cette part d’ombre de moi-même a besoin de reconnaissance et d’amour.

Ce monstre en moi, j’ai même fini par faire la paix avec lui! En discutant avec mon fils, j’ai pensé à l’image de Sully le grand monstre gentil et rigolo de Monstres et Cie! Certes, il pouvait faire peur mais dans le fond il est tout doux et tout gentil.
Je me suis réconciliée avec cette part de moi. Au lieu d’avoir peur de moi, je me suis fait confiance, et ça, ça change tout!

Et puis, concrètement, j’ai fait quoi?

J’ai mis un film à mes enfants de temps en temps pour avoir la paix. J’ai pris une babysitter quelques jours par semaine de 18h à 20h pour alléger la mission bain-dîner-coucher. Elle a parfois bercé une heure le petit dernier pendant que j’accordais un vrai temps aux grands. J’en ai profité aussi un soir pour aller me chercher des sushis pour mon dîner!

J’ai vendu un temps calme à la place de la sieste à mon aîné en lui expliquant que maman était épuisée et que, sans un moment calme, j’allais me transformer en un vilain monstre pas beau! J’ai appris à dire aux enfants (et surtout pour moi!) que j’avais tout fait pour qu’ils soient contents et que je ne pouvais pas faire plus, que je ne pouvais pas inventer la lune, me faire greffer un bras supplémentaire. J’ai appris à les prévenir que ce soir j’avais préparé ce dîner-là et que ce serait comme ça et pas autrement. J’ai appris à arrêter de me mettre en quatre pour honorer leur bien-être et à mettre des limites pour respecter mes besoins à moi aussi.

Bien sûr, la cocotte minute se remet parfois à bouillir, mais je suis beaucoup plus sereine!

Written by

Gabrielle Vichot

Sage-femme depuis 2009, j'ai travaillé 9 ans à l'hopital avant de m'installer en libéral au printemps 2018. Je suis aussi mère de 3 enfants. Devenir maman m’a donné un élan extraordinaire. Mais cela a aussi été pour moi un vrai chamboulement émotionnel auquel je ne m'attendais pas du tout! Je peux même dire que chacun de mes enfants a fait naître une nouvelle version de moi-même! À partir de ce moment là j'ai exercé mon métier différemment, et me suis particulièrement intéressée à la période post natale. Mon bonheur est de voir des mamans confiantes, sereines et heureuses. Pour cela, je me suis donné pour mission de les accompagner dans les bouleversements de la grossesse et du post-partum. J’ai pour objectifs de les aider à surmonter les difficultés, à trouver leurs propres ressources, à prendre de l’assurance dans leur nouveau rôle de mère et à (re)mettre plus de sérénité et de légèreté dans leur quotidien.

Comments

2 Comments
  1. posted by
    Lilou
    Déc 13, 2017 Reply

    CHapeau, c’est tres fort, tres grand de parler de ta Vulnerabilite, de tes failles. Bravo pour ta lucidite et ton talent de dompteuse de monstres interieur. C’est tres touchaNt, tres inspirant… merci

    • posted by
      Gabrielle Vichot
      Déc 14, 2017 Reply

      Merci mille fois de ce retour!

Laissez un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

b35820e10afb9f38f39746b0fc9ec85e!!!!!